Afin de vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts, Barnes utilise des cookies. En continuant de naviguer sur le site, vous déclarez accepter leur utilisation. En savoir plus

Actualités de l'immobilier de prestige

Posté le 25 Juillet 2017

VERNISSAGE SAINT JEAN DE LUZ 11 AOUT 2017

Show detail

SAM, est venu à l’art par « besoin ». Après son adolescence, il ressenti la nécessité d’extérioriser sa sensibilité. Des émotions qu’il voulait garder vivantes et éventuellement partager en les transformants en  œuvre. Il a commencé par ce qu’il y a de plus facile à mettre en place pour lui : l’écriture. Une image, une émotion et les mots qui lui viennent sont assemblés en proses ou en poèmes.

Il s’essaya ensuite naturellement à la peinture  et rapidement à la sculpture qui lui permit d’ajouter une nouvelle dimension à son travail.  Il participa à sa première exposition lors du trophée des jeunes talents de Bayonne en 2003. Les avis positifs l’encouragèrent dans cette voie et il participa aux 3 éditions suivantes en présentant des sculptures.

Fin 2006, les centres d’art Spacejunk Gallery situés à Grenoble, Bourg St Maurice, Lyon et Bayonne intéressés par son approche originale de la forme lui proposa de participer à leur exposition collective sur le thème « fight », chaque exposition faisant le tour des 4 galeries. D’autres suivront chaque années sur des thèmes variés.

INFLUENCES

Ses influences émergent du pop art, du street art, de la nature et de l’art contemporain. Il aime s’essayer à différentes techniques et  matériaux et apprécie particulièrement la sculpture et les installations en extérieur. Il cherche l’équilibre et l’harmonie dans la forme pour faire ressortir la beauté simple de l’œuvre mais également provoquer le regard, créer une interaction entre l’œuvre et le public, l’œuvre et son environnement.

L’ARTISTE D’AUJOURD’HUI

Aujourd’hui il focalise son travail sur une forme d’art relativement peu connue et répandue : le land art et l’art environnemental. Il réalise des fresques à l’aide unique d’un râteau sur la plage. Cette discipline du land art qu’il aime appeler « beach art » en comparaison au street art par sa nature impulsive, gratuite et son appropriation d’un lieu commun “la plage” qu’il affectionne particulièrement. Ce lieu lui permet de s’exprimer sur un immense espace qu’aucun autre médium n’est capable de fournir. Ces performances en pleine nature (il en réalisa également sous d’autres formes) n’ont pas de cadre, pas de limite mis à part celle du temps. Ses œuvres éphémères ne durent que quelques heures, le temps d’une marée qui lui laisse pour le lendemain « une toile » vierge. Ce travail éphémère permet de transformer pendant un court moment, un espace commun et connu et d’y apporter un nouveau regard, une réflexion pour ceux qui veulent regarder plus loin que leur serviette. C’est aussi un moment riche en émotions pour l’artiste, lorsqu’il commence à tracer ses fresques de plusieurs centaines de m² sur cet immense espace vierge. Un corps à corps avec la nature s’installe. La lumière n’est jamais la même, le sable bouge, le son des vagues, l’odeur des embruns et les goûts iodés de l’océan apportent une autre dimension à ce processus de création!

Ce travail est double car avant que la marée n’efface ses fresques,  il les photographie sous plusieurs angles, essayant de capter des instants particuliers où les baigneurs, les enfants s’approprient son travail pour en donner un nouveau sens et l’artiste après un passage sur ordinateur de ses clichés,  les imprime sur aluminium brossé pour la texture et la luminosité particulière qui s’en dégage. Une histoire s’installe alors, cette fresque se transforme, une atmosphère poétique se fixe sur cette nouvelle image pour créer une deuxième œuvre, pérenne cette fois.

Toujours dans l’univers de l’art environnemental et du Land-Arts Sam conçoit des installations avec et dans la nature. Ce qui l’intéresse dans ce travail, est de mettre en relation l’art et l’environnement, que ce dernier prenne part à ses œuvres. Comme notamment avec l’œuvre «I NEED», installée sur l’étang du château d’Arsac, qui dialogue avec l’élément (l’eau et son reflet) pour pouvoir exister. Dans son enrichissement personnel, Sam aime le partage et il essaie de multiplier les performances avec d’autres artistes de différents univers comme il a pu le faire avec des musiciens ou des peintres. Peut-être le retrouverons nous prochainement travailler avec des danseurs pour un nouveau projet ?

Back To Posts